Séance 3 séminaire 2014-2015

3e Séance du séminaire autour du développement durable de l’archipel Tuvalu

TuvaluCarte

Sans titre

Les trois intervenant-es

M. Damien Vallot, Mme Fanny Héros, Mme Christel Cournil

Christel COURNIL (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) : Propos introductif, Population insulaire et changement climatique, enjeux d’une protection. 

C.Cournil

Cliquer sur le lien suivant pour voir le diaporama.

13 MARS 2015 SEMINAIRE

Fanny HEROS, chargée de mission de l’ONG Alofa-Tuvalu fondée en 2005 par Gilliane Le Gallic qui a réalisé le documentaire Nuage au paradis en 2003, a montré les extraits du film pour situer le public dans le contexte géographique et anthropologique de ces îles polynésiennes faisant partie du Commonwealth qui subissent de plein fouet les ravages du changement climatique. La surface totale des Iles Tuvalu est de 26 km2. Les américains avaient construit un aéroport dans l’îlot de Fongafal durant la Deuxième Guerre mondiale. Les activités principales de la population sont la pêche et l’élevage des porcs.

D’emblée, Mme Héros insiste sur la tragique exemplarité de la situation tuvaluane. Nous sommes tous amenés à disparaître un jour sous l’effet du changement climatique. L’eau salée de la mer envahit le sol déjà aride des Iles Tuvalu. Parfois, paradoxalement la population (de souches micronésienne et polynésienne) souffre des sècheresses. Tuvalu est condamnée à disparaître et la population forcée à migrer pour survivre. Face à cette fatalité, il s’agit de pour l’élite politique (monarchie) de réfléchir sur l’identité culturelle, la souveraineté et le droit du peuple à disposer d’eux-mêmes et de gérer le présent. La population Tuvaluane a augmenté. Ils ont acheté du terrain aux Iles Fidji mais pour les besoins d’agriculture. Mais les Tuvaluanes ne veulent pas devenir des réfugiés climatiques. Ils sont attachés à leur terre. Les Tuvaluans enterrent les ancêtres à côté de leurs maisons. Il leur arrive de dormir sur les tombes. Dans leur langue, il n’y pas de conjugaison au futur.

FHconclusion

Mme Le Gallic avait proposé deux projets pour défendre Tuvalu : faire un procès contre les USA qui a exploité les Iles Tuvalu pour son industrie minière (phosphate) ou réduire la consommation de l’énergie sur l’archipel à travers des actions de sensibilisation de la population et d’incitation à substituer le pétrole par biogaz. Les Tuvaluans ont choisi la deuxième voie proposée. Alofa-Tuvalu a réussi à convaincre la population à travers les liens communautaires noués par le biais des ateliers. Contrairement à d’autres associations qui défrayaient les participants pour leur présence, Alofa-Tuvalu fonctionnait sur une base de volontariat. Les compagnies de pétrole (BP au début, Total par la suite) ne les ont pas véritablement freinés. Total a proposé une contribution que l’ONG Alofa Tuvalu a orientée vers des recherches de technologies alternatives.

Mme Le Gallic a été nommé l’ambassadrice honoraire de Tuvalu et continue à se battre pour cette cause avec le slogan : « Small is beautiful ». Le livret (Biogaz pour les nazes) et le BD de l’ONG (L’Eau, la Terre) de l’ONG ont été traduits en plusieurs langues.

http://www.alofatuvalu.tv/blog/

Damien VALLOT, ATER à l’IEP de Bordeaux, avait dressé l’état des lieux de la migration dans cette zone en abordant la mise à l’agenda médiatique néo-zélandais de la migration climatique depuis Tuvalu ou Kiribati, problématique qu’il étudie dans sa thèse en appuyant sur un corpus constitué de 3 journaux néo-zélandais The New Zealand Herald,  The Dominion Post, et Television New Zealand sur une période de 10 ans (2000-2014). Sa méthodologie consiste à vérifier si mention est faite des Iles Tuvalu et Kiribati en liaison avec le changement climatique en s’appuyant sur des logiciels tels que Alceste (payant) ou IRAMUTQ en accès libre (http://www.iramuteq.org/). Sur le plan strictement sémantique, il a pu voir confirmer la formulation d’un problème public, l’imputation de la responsabilité de ce problème et une tentative de faire entrer le problème dans le mécanisme de consultation et de décision sur la scène internationale.

DVConclusion

Un recadrage du discours par la Nouvelle Zélande existe par peur d’être envahi par les réfugiés climatiques venant du Bangladesh par exemple. . Cf. la mise au point sur le site internet du Ministère des Affaires étrangères et du Commerce de la Nouvelle-Zélande: http://www.mfat.govt.nz/Foreign-Relations/Pacific/NZ-Tuvalu-immigration.php

« La Nouvelle-Zélande n’a pas de politique explicite d’accueil des populations des pays insulaires du Pacifique en raison du changement climatique.

Les récits qui ont circulé dans les médias faisant état que la Nouvelle-Zélande a un accord avec Tuvalu pour accueillir des personnes déplacées par l’élévation du niveau marin à cause du changement climatique sont incorrects. Le gouvernement de Tuvalu a reconnu qu’il n’existait pas un tel accord avec la Nouvelle-Zélande.

D’ailleurs, la Nouvelle-Zélande n’a pas d’arrangement de ce type avec aucun des pays insulaires du Pacifique. »

Il existe néanmoins une migration économique par l’octroi des visas « Pacific Access Category. » Accordés au nombre de 75 par an selon un système de loterie particulièrement contraignant. Des catégories de populations sont exclues ou s’auto-excluent du processus, qui de fait, devient inégalitaire.

Les questions  du public ont tourné autour de la responsabilité des pays pollueurs auxquels on pourrait exiger des paiements, de la stabilisation du sol de l’archipel à travers le recyclage des déchets et de la création des Iles artificielles pour éviter la migration.

Public2



Citer ce billet
Christel Cournil (2015, 15 mars). Séance 3 séminaire 2014-2015. Cinéma et droit du développement durable. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mswx