Séminaire 2014-2015

Séminaire du CERAP sur les représentations cinématographiques du développement durable

 Calendrier

Séance inaugurale

Vendredi 21 novembre 2014 de 10h-12h, Amphi C (Institut Galilée)

Animatrice : Catherine FABREGOULE (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité)

  • Catherine FABREGOULE (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) : « Le développement durable et la représentation du droit à l’eau dans le cinéma américain : l’exemple d’Erin Brokovitch de Steven Sodebergh (2000). »
  • Geetha GANAPATHY-DORE (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) : « L’eau comme enjeu du développement durable dans deux films indiens : Thanneer Thanneer de K. Balachander (1981) et Dam/age d’Aradhana Seth (2003). »

Séance 2  Vendredi 30 janvier 2015 de 10h-12h

Animatrice : Despina SINOU ((Université de La Rochelle et Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité)

  • Michel TABBAL (Université Paris II) : « Le développement durable dans les films d’action ».
  • Despina SINOU (Université de La Rochelle et Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité) : « La dimension sociale du développement durable dans le cinéma politique ».

Séance 3 Vendredi 13 mars 2015 de 14h à 16h

Animatrice : Christel COURNIL (Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité)

  • Fanny HEROS D’ALOFA TUVALU  sur le film documentaire Nuage au paradis
  • Damien VALLOT (Sciences PO. Bordeaux)

Séance 4 Vendredi 12  juin 2015 (date à confirmer) de 10h à 12h

Animatrice : Geetha GANAPATHY-DORE ((Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité)

  • Anna LUSHENKOVA (Université Paris IV) : « Léon Tolstoï (1984) de Sergei Gerasimov. »
  • Jacobo RIOS (Université de Perpignan) : « Des lendemains sans développement durable : films d’anticipation et droit international ».

Responsable: Geetha Ganapathy-Doré, MCF HDR anglais, membre associé du CERAP

Le développement durable en tant que concept a été défini dans le rapport Brundtland de la commission mondiale sur l’environnement et le développement en 1987. Cette traduction en français du concept anglais de « sustainable development » a donné lieu à un débat. D’après Fabrice Nicolino, « Le développement soutenable renvoie à des notions écologiques imparables. Un écosystème est ou non capable de soutenir tel ou tel usage … Sustainable development est une vision riche, exigeante, des relations entre l’homme et la nature. C’est d’emblée une notion problématique et incertaine, qui oblige en permanence à s’interroger[1] ». D’autres pensent qu’« entre le développement que nous devons soutenir et « le développement durable » les distinctions sont apparemment grandes sur le fond alors qu’en réalité elles sont très légères[2] ». Toujours est-il que le constat de la dégradation environnementale et son origine, à savoir, une surexploitation des ressources de la terre pour les besoins du développement  a précédé la théorisation du concept. D’aucuns voient en effet dans la Stratégie mondiale de la conservation : la conservation des ressources vivantes au service du développement durable élaborée par l’Union internationale pour la conservation de la nature en 1980 (en réponse à une question posée par le Président Mobutu Sese Seko du Zaïre à l’Assemblée générale de cette Union en 1975) un document pionnier destiné à avertir tous les pays de la nature limitée des ressources naturelles et de la nécessité de penser le développement en conséquence. Cette prise de conscience fut actée au Sommet de la Terre à Rio en 1992 et dans le protocole de Kyoto de 1997. Quant à la conférence mondiale des peuples contre le changement climatique de 2010, elle a élaboré un Projet de Déclaration Universelle des Droits de la Terre Mère reprise depuis dans la législation bolivienne. Rio plus 20 a mis en exergue d’autres problématiques telle que la justice climatique.

Si la déification hellénique de la nature, la célébration romantique de la nature, le transcendantalisme américain, le postpastoralisme anglais sont autant de traces d’un courant continu de la préoccupation humaine avec la nature, c’est le démantèlement des empires et la naissance des nouvelles nations souveraines qui nous incite à appréhender la nature sous l’optique postcoloniale. Les reconfigurations perpétuelles du territoire à la recherche d’un nouvel ordre mondial perturbent la solidarité basée sur la proximité géographique, ethno-linguistique et/ou religieuse. Dans ce contexte, les militants de l’éco-féminisme et de l’altermondialisme se font les portes paroles des droits des femmes, des enfants, des paysans, des travailleurs et des minorités victimes du surdéveloppement.

La littérature, les arts et surtout le cinéma ont fait voir et entendre le malaise de la terre sous différents angles. L’objectif de ce séminaire est de saisir le changement de mentalité (de l’anthropocentrisme à l’écocentrisme) telle qu’il est mis en scène et problématisé par les cinéastes d’où qu’ils viennent.  Il est prévu d’étudier les différents enjeux non seulement au niveau individuel (maladie, dépossession, migration forcée …) mais aussi au niveau sociétal (historique, politique, juridique). Les espèces des plantes et des animaux menacés ne seront pas oubliées. L’analyse pourra porter aussi bien sur les documentaires (officiels ou faits par les ONG) que sur les longs métrages. Si la langue du film n’est pas connue du grand public, le travail sera présenté à l’aide d’une version sous-titrée.

Bibliographie préliminaire

Raymond Depardon et Paul Virilio, Native Land: Stop, Eject, Paris : Actes du Sud, 2010.

Patrick Ewebo et al., Africa and Beyond: Arts and Sustainable Development, New Castel-upon-Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2013.

Terry Gifford, « Pastoral, Anti-Pastoral and Postpastoral », Louise Westling (dir.), Cambridge : Cambridge University Press, 2013, pp.17-30.

David Lewis et al., Popular Representations of Development: Insights from Novels, Films, Television and Social Media (Rethinking Development), Londres : Routledge, 2013.

Sites Web

http://cdurable.info/Cinema.html

http://www.dcenvironmentalfilmfest.org/

http://fife.iledefrance.fr/

http://www.soa.utexas.edu/csd/events/film-series

[1] Fabrice Nicolino dans son blog  « Visa sans Planète » : « La politique de l’oxymore (sur le « développement durable ») », publié le 29 avril 2009. http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=536, consulté le 10 juillet 2014.

[2] Robert Etien, « The Principle of Sustainable Development in France: The Charter of Environment in the French Constitution », European Convention on Human Rights, Sixty Years and Beyond, B. Krishnamurthy & Geetha Ganapathy-Doré (dir.), New Century Publications, New Delhi, 2012, p.100.

.